Alexis Michalik nous raconte des histoires 12517579795_5edd2db8d6_o

Alexis Michalik met en scène « Le Porteur d’Histoire » au théâtre Simone-Signoret, le 12 février. Une pièce qui fait voyager dans tous les sens du terme. 

« Le Porteur d’Histoire » raconte quelles histoires ?

Alexis Michalik : On passe d’une époque à l’autre, du 19e siècle, aux années 80 et à l’an 2000. A chaque fois une histoire différente dans des lieux aussi différents, des Ardennes à l’Algérie. Ce sont 5 acteurs qui jouent tous les rôles. C’est volontaire. Ils vont traverser les époques et se poser la question du pouvoir de l’histoire dans nos vies.

Pour cette pièce, vous avez reçu le Molière 2014 du metteur en scène et de l’auteur francophone…

A.M. : C’est une fierté. D’autant que la pièce, créée en 2011, ne devait être jouée que trois fois et aujourd’hui on en est à plus de 1 000 représentations. C’est un vrai conte de fées. Un spectacle qui ne veut pas s’arrêter. En France on aime les histoires, les romanciers comme Alexandre Dumas, les grandes séries. « Le Porteur d’Histoire » est une histoire efficace qui emprunte les codes du cinéma. On est comme dans un film d’aventures. Quand les gens sortent du spectacle, ils disent souvent : « C’est vraiment à voir, car il y a beaucoup d’histoires en une ».

La pièce s’adresse-t-elle aux grands et aux petits ?

A.M. : La pièce est pour tout public, en-dessous de 13 ans cela peut être difficile à suivre. Car cela va très vite, c’est très rythmé. Il y a beaucoup d’infos qui circulent, de subtilités littéraires. On est obligés d’être dedans, d’être actif. Le spectateur est attentif. Mais tout le monde y trouve son compte, car avec trois fois rien on fait voyager les gens.