Le Théâtre Simone-Signoret

Créé au début des années 1990, le Théâtre Simone-Signoret a pour vocation de promouvoir et de favoriser la création artistique au sein de la ville de Conflans-Sainte-Honorine. Il est baptisé ainsi en hommage à l’actrice disparue cinq ans plus tôt. Sa gestion et sa programmation sont confiées, par la commune, à l’association de loi 1901 Conseil Local d’Animation, créée en 1979 et devenue plus tard Conseil d’animation / Théâtre Simone Signoret.

Avec plus de 1000 spectacles et 300 artistes accueillis (dont Dee Dee Brigdewater, Imany, Robert Charlebois, Arthur H, Norman, Gaspard Proust, François-Xavier Demaison),  le théâtre est devenu au fil du temps un des établissements les plus fréquentés d’Île-de-France. Sa programmation, d’abord évènementielle uniquement constituée de temps forts, devient une véritable saison culturelle sous l’impulsion de l’association. Les missions du théâtre consistent alors à développer une programmation artistique professionnelle de spectacle vivant tout public et jeune public, assurer l’accueil d’artistes en résidence de création et développer un programme d’action culturelle en lien avec la programmation et les résidences.

En 2015, l’association Conseil d’Animation / Théâtre Simone Signoret cesse son activité. Le théâtre est alors repris par la Ville de Conflans-Sainte-Honorine en régie.

Simone Signoret

Née en 1921 d’un père juif d’origine polonaise, elle a été durant toute sa vie un témoin de son temps.

Fréquentant le Café de Flore dans sa jeunesse, elle tourne comme figurante et c’est en 1945 qu’Yves Allégret, qu’elle va épouser, lui offre son premier grand rôle dans Les Démons de l’aube.

Elle enchaîne les succès avec Casque d’or de Jacques Becker, Les Diaboliques de Henri-Georges Clouzot et autres chefs d’œuvre.

Elle reçoit en 1960 un Oscar à Hollywood et entame une carrière internationale. Elle tourne dans une cinquantaine de films dont Le Chat avec Jean Gabin et tient le rôle de Madame Rosa dans La Vie devant soi.

En 1951, elle rencontre et épouse un jeune chanteur, Yves Montand avec qui elle va partager les engagements et les combats, en acceptant ses erreurs, mais sans renier ses idées. Elle va également monter sur les planches et créer le rôle d’Élisabeth Proctor, dans Les Sorcières de Salem d’Arthur Miller.

Elle nous quitte en 1985 et plus de dix-mille personnes l’accompagnent au cimetière du Père Lachaise. Cinq ans plus tard, la ville de Conflans-Sainte-Honorine lui rend hommage en donnant son nom à son nouveau théâtre municipal.